L'étiquette des affaires au Canada

S’établir dans un nouveau pays implique se familiariser avec la langue et son code de conduite surtout quand vous comptez y travailler. Apprendre à connaître l’étiquette des affaires au Canada peut faciliter votre transition dans le marché du travail canadien et éviter les  accrochages ou malentendus. La dernière chose que vous voulez c’est de prendre votre collègue à rebrousse-poil en faisant inconsciemment quelque chose qu’il/elle pourrait considérer comme étant offensant. 

Langage corporel 

Un rendez-vous d’affaire s’entame habituellement par une poignée de main ferme. Il est important d’établir un contact visuel avec celui/celle avec qui on fait affaire.  Un manque de contact visuel peut être interprété comme étant de l’ennuie, du désintérêt ou de la malhonnêteté. En revanche, il faut éviter de regarder une personne fixement. Pendant les conversations, les gens gardent une distance de deux pieds entre eux. Les contacts physiques excessifs, les gestes de salutation ou les conversations bruyantes sont généralement mal vue. Il est aussi bon de noter qu’il faut éviter de porter un produit parfumé (parfum, après-rasage ou laque de cheveux) au travail. Car c’est très courant pour les canadiens de souffrir d’allergie ou d’asthme et le parfum peut constituer une menace pour eux. 

Les réunions 

Le retard est mal perçu dans le cadre professionnel, assurez-vous de toujours arriver à l’heure ou légèrement en avance. Arriver 10 à 15 minutes avant la réunion est acceptable. Par contre arriver plus de 15 minutes avant la réunion peut incommoder la personne que vous rencontrez car il/elle n’est peut-être pas prêt(e) à vous recevoir. La réunion débute toujours avec un aperçu du rôle des gens présents. Les gens se présentent habituellement par leur prénom et échangent ensuite leur carte de visite. Les opinions des participants sont les bienvenues quel que soit leur âge ou leur poste au sein de l’organisation. L’interruption n’est pas encouragée mais est acceptée afin de créer un environnement où les gens sentent qu’ils peuvent contribuer. 

Pratiques et protocoles 

Dans le milieu professionnel, les canadiens ont tendance à être conservateurs dans leur manière, discours et tenue. Les canadiens peuvent vous paraître réservés d’emblée, mais ils deviennent plus chaleureux au fur et à mesure que la conversation se poursuit. Habituellement, les gens se présentent par leur prénom et puis échangent leur carte de visite. On échange normalement des banalités avant de faire affaire. Le temps est un bon moyen de lancer la conversation. Par contre,  il est de mauvais goût de discuter salaire et c’est même contre la politique de l’entreprise dans certaines compagnies. 

L’art de la conversation 

Les canadiens sont relativement indirectes dans leur communication. Nous avons tendance à rester polis tout au long de la conversation, ceci implique suggérer vaguement nos vraies émotions ou pensées sans jouer au trouble-fête. Il est conseillé de maintenir le dialogue simple et directe car les canadiens ne sont pas fans de beaux discours. Cela pourrait éveiller des soupçons si ce que vous dites semble trop beau pour être vrai. Il vaut mieux avoir des faits et chiffres à l’appuie quand vous avancez quelque chose et ne pas fait de déclaration que vous ne pouvez pas attester. 

Relations 

Quand vous nouez des relations, il est important de garder à l’esprit que les canadiens ont tendance à tisser des relations professionnelles avec leurs collègues au lieu d’établir des relations personnelles avec eux. Nous apprécions notre vie privée et nous fixons des limites avec ceux avec qui nous faisons affaire. Il y a une différence entre le rapport que nous établissons avec nos collègues et ceux avec qui nous socialisons en dehors de notre milieu de travail. Partager votre vie privée avec nous peut nous mettre mal à l’aise. D’autant plus si vous vous attendez à ce que l’on partage notre vie privée avec vous.