#Bienvenueauxréfugiés : cinquième anniversaire

Novembre 2020 marque le cinquième anniversaire du début de l’ Opération visant à accueillir les réfugiés syriens, qui a été la réponse du Canada à la crise humanitaire en Syrie. Des répondants du secteur privé, des organismes non gouvernementaux et les gouvernements provinciaux, territoriaux et municipaux ont collaboré pour accueillir plus de 25 000 réfugiés syriens sur une période de 100 jours, de novembre 2015 à février 2016.

De novembre 2015 à novembre 2020, le Canada a réinstallé 44 615 réfugiés syriens, parmi lesquels 18 925 ont été parrainés par le secteur privé

Quelles sont les principales leçons tirées de l’initiative de réinstallation des réfugiés syriens?

  • Échange de renseignements avec les intervenants

Un profil général de la population syrienne que le gouvernement canadien prévoyait de réinstaller a été transmis aux intervenants dès le début de l’initiative. En rétrospective, les besoins des réfugiés réinstallés au Canada se sont avérés plus grands que prévu, mais cette information n’a pas été connue jusqu’à ce que les réfugiés soient reçus en entrevue et commencent à arriver au Canada.

Les réfugiés ont vécu des traumatismes nécessitant souvent des soins spécialisés. Il est important que la communication avec les fournisseurs de services et les répondants continue de permettre aux réfugiés d’accéder aux soins et aux services dont ils ont besoin pour faciliter leur intégration. Le Ministère continue d’examiner les moyens de fournir plus d’information en temps opportun aux intervenants en ce qui concerne les réfugiés issus de toutes les populations qui sont réinstallés au Canada.

IRCC (Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada) continue de travailler à la mise au point de nouvelles façons de communiquer avec les réfugiés, les répondants et les partenaires tout au long du processus.

  • Partenariats et travail d’équipe

Tant à l’international qu’au pays, les partenaires ont joué un rôle crucial dans la réussite de cette initiative. Les gouvernements étrangers, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les provinces et territoires, les répondants privés, les fournisseurs de services, les autres ministères fédéraux et l’ensemble des Canadiens ont tous joué et continuent de jouer un rôle important dans la réussite de l’initiative de réinstallation des réfugiés syriens.

  • Appui du public

D’un océan à l’autre, des Canadiens ont tendu la main aux réfugiés syriens. Grâce à des parrainages et à du bénévolat dans leurs collectivités, des gens de partout au Canada ont soutenu l’initiative de réinstallation des réfugiés syriens et aident de nombreux Syriens à s’intégrer à leurs collectivités.

Le public continue de s’investir dans le parrainage privé et dans des activités bénévoles auprès d’organismes d’établissement partout au Canada.

  • Souplesse opérationnelle et approches novatrices relatives au traitement

Au cours de l’initiative de réinstallation des réfugiés syriens, la création de centres opérationnels temporaires a constitué une approche novatrice pour traiter les dossiers des candidats le plus efficacement possible. Le Canada a été en mesure de mettre sur pied ces centres grâce à l’aide des gouvernements du Liban, de la Jordanie et de la Turquie et de partenaires de la région, comme le HCR et l’OIM. La capacité à reproduire cette façon de faire dans d’autres pays dépendra de la coopération de ces gouvernements locaux. En outre, la capacité à partager le travail par voie électronique à l’échelle du réseau ministériel des missions a facilité le travail d’équipe et a permis que certaines tâches soient effectuées ailleurs.

L’exécution simultanée d’étapes du processus d’immigration (entrevues, examens médicaux, contrôle de sécurité, etc.) a permis que le gouvernement traite plus de 25 000 cas de réfugiés syriens en une centaine de jours. Cela a nécessité des mesures spéciales, y compris la réaffectation de membres du personnel venant d’autres ministères.

Lorsqu’elles sont possibles, de telles mesures peuvent accélérer le traitement, mais exigent d’importantes ressources humaines et financières supplémentaires. Ce modèle pourrait servir à d’autres initiatives de réinstallation spéciales à venir.

  • Importance d’accorder du temps aux réfugiés pour dire au revoir et orientation avant le départ

Les réfugiés ont déjà eu à fuir leurs foyers, laissant derrière eux la plupart de ce qu’ils avaient de plus cher. Voyager vers le Canada signifie aussi de devoir dire au revoir à des membres de sa famille, à ses amis et à sa patrie.

Nous avons appris que les gens avaient besoin de temps pour faire leurs adieux. Après février 2016, le voyage des réfugiés syriens dont la réinstallation a été approuvée avait généralement lieu de quatre à huit semaines après une décision favorable à leur égard. Ils ont ainsi eu suffisamment de temps pour régler leurs affaires à l’étranger, faire leurs adieux et suivre les séances d’Orientation canadienne à l’étranger afin de se préparer à vivre au Canada.

Le Canada continue de tenir compte de ces facteurs dans la réinstallation des réfugiés.